The Grey's Anatomy

Forum francohpone sur la série Grey's Anatomy.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 interview avec Kate Walsh [juillet 2006]

Aller en bas 
AuteurMessage
liline
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 500
Age : 27
Date d'inscription : 18/08/2006

MessageSujet: interview avec Kate Walsh [juillet 2006]   Lun 21 Aoû - 14:21



Citation :
Le coup de théâtre final de la première saison de Grey’s anatomy, c’était elle, Addison Shepherd, l’épouse de Derek (Patrick Dempsey), qui balançait en guise de conclusion à l’épisode en question un cinglant : « Et vous devez être la femme qui baise avec mon mari » à une Meredith (Ellen Pompeo) médusée. Mais il ne faudrait pas croire pour autant que Kate Walsh, l’interprète d’Addison, soit aussi sarcastique que son personnage dans la série. Cette magnifique rousse qui traîne sa silhouette élancée dans bon nombre de fictions aussi bien sur petit que sur grand écran depuis plus de dix ans serait plutôt tout le contraire d’Addison. Pour preuve la bonne humeur dont elle fit preuve au cours de notre rencontre lors du festival TV de Monte-Carlo en juillet dernier.

Comment avez-vous décroché ce rôle dans Grey’s anatomy ?
La directrice du casting de la série, Linda Lowy, m’avait déjà casté pour interpréter la petite amie de Sandra Ho dans Sous le soleil de Toscane. Elle m’a donc contacté pour jouer dans Grey’s anatomy, je suis venue, j’ai passé l’audition et puis voilà. Rien de bien original en somme (rires).

Avant d’être actrice, vous avez fait du mannequinât au Japon ?
Oh mon Dieu, ça remonte à une éternité. C’était dans les années 80 lorsque les japonais transformaient n’importe quelle américaine en top model.

Il paraît que vous êtes souvent comparée à Catherine Deneuve, physiquement, et il y a d’ailleurs un épisode de Grey’s anatomy qui y fait référence.
C’est un énorme compliment mais c’est aussi très embarrassant pour moi.

D’où vient cette comparaison ?
Sans doute de l’époque où j’étais blonde (rires).

Est-il vrai que votre tout premier rôle à l’écran était dans le pilote d’Urgences ?
J’ignore totalement d’où ça sort mais c’est une erreur. Il faudrait vraiment qu’ils pensent à corriger ça dans ma filmo car je n’ai jamais mis les pieds dans Urgences.

Avant Grey’s anatomy, vous étiez également apparue dans différents drama policiers : Homicide, New York district… ?
J’ai toujours eu la chance de parvenir à alterner les drames et les comédies. L’été dernier j’étais à l’affiche de cette énorme comédie un peu bête, Kicking & Screaming, aux côtés de Will Ferrell (inédite en France à l’heure actuelle, NDR). J’ai toujours adoré jouer dans les deux registres. Et l’avantage avec Grey’s anatomy, c’est qu’on y trouve les deux : une scène, vous êtes en train de pleurer et la scène suivante, vous riez aux éclats.

Y a-t-il une sensibilité différente dans Grey’s anatomy liée au fait que la série ait été imaginée par une femme, ce qui est extrêmement rare ?
Sans vouloir faire dans le simplisme, je crois effectivement que la présence d’une femme à la tête d’une série apporte bien plus d’épaisseur, notamment aux personnages féminins, là où d’ordinaire vous avez droit, au mieux, à quelques belles répliques de temps en temps. D’habitude dans le monde de la télévision, vous avez une femme pour dix hommes tandis que sur Grey’s anatomy, ce n’est pas le cas et j’en suis très fière. Non pas que j’y suis pour grand chose. Plus de la moitié du staff de scénaristes est ainsi constitué de femmes. Pour autant, Shonda (Rhimes, la créatrice de la série, NDR) ne cherche nullement à faire dans le militantisme. De même lorsqu’elle a casté sa série en choisissant un acteur afro-américain, une actrice d’origine asiatique, etc. Dans un cas comme dans l’autre, elle s’est simplement contentée de choisir les meilleures personnes à ses yeux.

Votre personnage n’intervient qu’à mi-parcours. Comment avez-vous été accueillie par les autres membres de la série ?
(En pleurnichant) Certains ont vraiment été très cruels avec moi (rires). Non sérieusement, ils ont tous été très sympas et accueillants. Lorsque je suis arrivée pour tourner mes premières scènes, la diffusion n’avait pas encore commencé, le titre et la case horaire n’arrêtaient pas de changer en permanence et nous étions tous dans le flou le plus total, nous demandant même si la série serait jamais diffusée. Alors moi et mes cinq petits épisodes dans lesquels je devais jouer, j’étais un peu comme la femme de ménage : je viens, je fais mon boulot et je repars (rires).

Pourtant vous faites désormais partie du casting régulier. Pensez-vous que ce changement soit dû à la réaction positive des fans vis-à-vis de votre personnage ?
Soit ça, soit ma mère a téléphoné à la production en pleurnichant : « Donnez un boulot à ma fille » (rires). Je n’en ai pas la moindre idée.

Quels retours avez-vous eu de la part du public vis-à-vis de votre personnage ?
Dans l’ensemble, je n’ai pas à me plaindre. Les gens se montrent très enthousiastes. Il m’est arrivée à de très rares occasions d’avoir droit à : « J’adore votre série. Je n’aime pas votre personnage, je préfère celui de Meredith mais j’adore la série » (rires).

Justement, à son arrivée, Addison apparaît un peu comme la garce de service, mais au fil des épisodes, on découvre une toute autre facette du personnage.
L’évolution est très intéressante en effet. Elle est à mettre aux crédits des scénaristes qui ne se contentent pas uniquement de brosser des personnages unilatéraux que l’on va soit détester, soit adorer. Au début peut-être mais par la suite, il y aura une scène où vous découvrirez un autre aspect de leur personnalité. Ces revirements sont particulièrement flagrants au cours de la deuxième saison où l’on découvre peu à peu la sensibilité d’Addison, qu’elle est mariée avec Derek depuis 10 ans, etc.

Est-elle vraiment sincère lorsqu’elle essaye en quelque sorte d’enterrer la hache de guerre avec Meredith ?
Elle essaye aussi fort qu’elle le peut. Addison cherche à sauver son mariage coûte que coûte et je crois sincèrement que les gens sont prêts à faire des efforts incommensurables par amour, voire à faire des choses complètement folles.

Et est-elle vraiment amoureuse de Derek ou bien cherche-t-elle juste à sauver son mariage ?
Il y a un peu des deux je crois. Tenter de sauver un mariage sans amour, combien de temps la situation pourrait-elle durer : une semaine, un mois… ? Sauf circonstances exceptionnelles comme par exemple ils ont des enfants ou bien l’un des deux est atteint d’une grave maladie, l’un ne va pas sans l’autre pour qu’un couple qui rencontre des difficultés puisse aller de l’avant.

Doit-on alors s’attendre à davantage de problèmes dans votre couple la saison prochaine compte tenu du final de la saison 2 ?
(Grand sourire) Je sais, ça risque effectivement d’être très intéressant. Mais très honnêtement, je n’ai pas la moindre idée de ce qui m’attend car le tournage ne reprend que dans deux semaines (cet entretien a eu lieu le samedi 1er juillet 2006, NDR).

Derek Shepperd est le genre d’homme qui vous attire ?
Bien entendu ! Et je comprends parfaitement le pouvoir d’attraction qui émane de son personnage. Il est beau gosse, à une belle coiffure, des yeux d’un bleu perçant et en plus il est neurochirurgien, donc il gagne bien sa vie. Il représente une certaine image du fantasme féminin en matière d’homme, le genre qui vous fait tout de suite penser : « Oh celui-là, il peut me guérir » (rires).

Avez-vous suivi une formation médicale particulière avant de commencer à tourner dans la série ?
Au départ, je ne devais apparaître que dans cinq épisodes donc je n’avais pas vraiment besoin de préparation en la matière. Qui plus est, Linda Klein, notre conseillère technique médicale sur la série, est présente en permanence sur le plateau pour s’assurer que nous ne passions pas trop pour des idiots (rires). Puis, lorsque j’ai dû jouer ma première scène d’opération, mes mains n’arrêtaient pas de trembler comme des feuilles (rires). Car non seulement vous devez paraître le plus crédible possible aux yeux du public mais de surcroît j’interprète l’une des meilleures chirurgiennes en réa néonat qui soit. La pression s’en trouve donc décuplée. Je suis donc allée voir à quoi ressemblait une véritable césarienne.

Ça n’était pas un peu effrayant d’assister à ce genre d’opération en vrai ?
Pas tant que ça, hormis lorsqu’il utilise l’ustensile servant à cautériser et qui brûle littéralement la peau en dégageant un petit nuage de fumée. Ah ce moment-là, j’ai commencé à faire (elle grimace) : « Ouh ! Ouh ! Ouh ! ».

Avez-vous une scène ou bien un épisode favori ?
Laissez-moi réfléchir… Ça va peut-être vous paraître étrange car il ne s’agit que d’une très courte scène et je n’en suis pas vraiment la vedette. Le Dr Bailey (Chandra Wilson) et moi sommes en salle d’opération pour tenter de sauver cet enfant atteint d’une maladie congénitale dans l’épisode où je remets les papiers de divorce à Derek. C’est une scène de groupe très forte sur le plan émotionnel qui reflète parfaitement la qualité globale du casting de la série.

Donc votre épisode favori n’est pas celui avec le sumac vénéneux ?(Elle éclate de rires) Ah, j’étais certaine d’y avoir droit. Non et pas pour les raisons que vous pourriez imaginer mais tout simplement parce que je n’aime pas mon travail dans cet épisode.

L’épisode est pourtant très drôle.
Il vous a plu ?

Oui, énormément.
C’était un épisode assez « critique » pour moi mais c’était également très fun à jouer. Dès que j’ai lu le scénario, je me suis dit : « Génial, à présent je serais connue comme "la fille au sumac vénéneux" » (rires).

L’ambiance sur le plateau est-elle aussi amusante qu’elle peut l’être à l’écran ?
Lorsque vous êtes amenés à passer 15 à 16 heures par jour avec les mêmes personnes, il faut bien trouver un moyen de détendre l’atmosphère, donc nous avons effectivement tendance à nous taquiner les uns les autres.

Quelles sont vos occupations en dehors du tournage ?
Avec tout le battage médiatique, les tournées promos, les séances photos que nous enchaînons depuis que la série a débuté, dès que j’en ai l’occasion, je m’éloigne le plus loin possible de cet univers. J’aime bien cuisiner et recevoir du monde pour pouvoir parler d’autres choses que de la série justement. En ce moment, je suis en pleine déco dans la nouvelle maison où je viens d’emménager. La précédente était vraiment toute rikiki tandis que dans celle-ci j’ai désormais beaucoup plus de place. D’ailleurs, je suis persuadée que si mon chien pouvait parler, il me dirait : « Enfin, c’est pas trop tôt ! » (rires).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pretty-natalie.actifforum.com
 
interview avec Kate Walsh [juillet 2006]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Interview avec Linda Macario, Artiste de BJD Italienne
» OULALA FESTIVAL 7/8/9 juillet 2006
» Montjoux festival 13 14 15 juillet 2006
» Summer Case / 14-15 juillet 2006 / Madrid, Barcelone
» Interview avec Graham McNeill (en français)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Grey's Anatomy :: La série :: Dossiers :: Les interveiw-
Sauter vers: